2009 - 2011, nkoacademie. Edition et production. Droit de reproduction et diffusion reservés
design by kantesoufi@yahoo.fr
LA NAISSANCE DU « N’KO » Souleymane KANTE a médité longuement sur cette conclusion et a commencé d’écrire sa langue maternelle le Maninka en utilisant les caractères arabes et latins. Malheureusement, aucun de ces deux alphabets n’a pu lui donner entière satisfaction. Il les abandonna pour créer un alphabet phonétique le 14 avril 1949 à Binger ville. Le savant Souleymane KANTE baptisa cet alphabet, l’alphabet N’KO. En effet, en souvenir de l’école coranique de son père, le seul terme commun à tous les dialectes parlés par les différents élèves était le N’KO, par exemple il existe différentes nuances dans le Maninka, dans le bambara, etc.…Mais tous disent quand même N’KO pour signifier « je dis »! Cette dénomination rappelle également un discours de Soundiata KEITA, empereur de Mandingue qui en 1236, en voulant s’adresser à ses légions a dit : « Vaillants soldats tous ceux qui disent N’KO, c’est à vous sans exception que je m’adresse ! » Nous voyons donc que le N’KO est un terme d’unification des différences. L’alphabet est parti plus loin que cette appellation première parce qu’il permet d’écrire toutes les langues guinéennes et même le Russe et le Chinois. Chercheur infatigable, pédagogue doué, le savant KANTE Souleymane a appliqué son alphabet aux domaines les plus variés de la connaissance humaine.
INSPIRATION DE SOULEYMANE KANTE DANS LA CREATION DU N'KO Vers la fin de la deuxième guerre mondiale en 1944 précisément à Bouaké pendant ses lectures, l’Africain curieux, Souleymane KANTE est tombé sur le récit d’un journaliste libanais Kamal Maroua qui, parti de Beyrouth, s’est proposé d’informer l’opinion de son pays sur la vie des libanais dans les colonies françaises et anglaises d’Afrique Noire. Ce chercheur avant de parler de la vie des libanais dans une colonie donnée, faisait d’abord la monographie du territoire concerné en indiquant la vie pré coloniale des Noirs de ce pays, leurs mœurs, coutumes, croyances, culture etc.… Le journaliste est arrivé à la conclusion que l’Afrique noire a beaucoup de dialectes 77 en Côte d’Ivoire par exemple. Ces dialectes ne sont pas écrits. Les noirs ne veulent pas les écrire car les essais de transcription de la bible par les prêtres dans ces dialectes se sont heurtés à une grande réticence de la part des noirs. Il note cependant qu’une seule tribu, les N’fayinka du Libéria possédait un alphabet imparfait car, dépourvu de RA et composé de 150 lettres. Le journaliste ajouta à la fin de son récit que cet alphabet même imparfait, vaut encore mieux que l’absence d’écriture chez les peuples noirs d’Afrique.
ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫